Comment tu vas rater ton orientation.

Le titre fait vraiment beaucoup trop dramatique, le putaclic tu connais. Mais bon, en fait si, c’est plutôt ça. Dans la plupart des cas (et béni sois ceux qui dès 9 ans savent ce qu’ils veulent faire), tu vas faire de la grosse merde.

Je te le dis je te préviens, tu vas partiellement, à moitié ou totalement te tromper d’orientation en post bac, ou peut-être même avant cela dis ! Alors déstresses pour tes choix de fac, et je vais essayer de t’aider le mieux que je peux avec mon expérience un peu bancale, mais qui m’a (pour l’instant) plutôt réussie.

Depuis que tu as 6 ans c’est la plus grosse question de ta vie, et normal, c’est la plus importante t’as vu. Qu’est ce que je vais bien pouvoir faire plus tard? Au début, tout est simple. Tu es là à colorier des additions afin de faire apparaître un dessin, en étant persuadé que de toute façon tu serais chirurgien. Tu sais pas comment et à l’époque tu ne te poses même pas la question, parce que, pourquoi tu ne pourrais pas faire ça ? Il n’y a aucune raison. Quelle innocence ! Et pourtant, si seulement la vie était aussi simple, si les études étaient aussi faciles. J’aimerais te dire que de toute façon, avec la volonté on fait tout, qu’il suffit d’étudier, de le vouloir pour y arriver. J’aimerais que ça soit si simple, tellement plus de gens seraient heureux de leurs jobs. Mais la réalité est bien plus triste que ça. Avoir un rêve, un objectif, une vocation, il n’y a rien de plus beau et je pense que tout le monde peut se mettre d’accord là-dessus.Néanmoins, il faut parfois comprendre que tes rêves, tes volontés ne sont pas compatibles avec tes capacités. Même si depuis aussi loin que tu t’en souviennes, les profs ont écrit sur ton bulletin « Devrais faire des efforts, ne donnes pas à fond toutes ses capacités », il est possible que le système éducatif ne sois pas fait pour ça, et il est possible que ce ne soit jamais ton cas. Et ça c’est pas être nulle, c’est pas être moins bien que les autres ou même être différent (dans le sens péjoratif du terme), c’est juste être toi. Il faut donc pour faire tes choix de fac ou d’écoles prendre en compte ce facteur. Tu n’as jamais été à l’aise en cours, jamais réussi à te concentrer, et à te mettre à tes devoirs à la maison : ne choisis pas la fac. Et ce, même si le boulot que tu voulais absolument faire n’est accessible que par là. C’est probablement que ce dit boulot ne soit pas fait pour toi au final. Les études reflètent souvent, beaucoup plus que ce que l’on pense, le métier final.

Et réalise le maintenant avant de te retrouver à redoubler 4 fois ta L1 obstinément. En gros je dirais, qu’avant de se creuser la tête en se demandant ce que l’on aimerait faire plus tard, il faut se poser la question de qui l’on est (que c’est beau). Des efforts, des sacrifices, de l’engagement que tu serais prête à prendre pour cette carrière, pour cette filière. Et je m’adresse ici bien sûre, aux gens qui doutent, qui ne savent pas. Si vous avez une orientation toute tracée dans votre tête, c’est parfait et dans ce cas-là fonce et tu déchireras tout, c’est sûre.

Mais dans le cas inverse n’est surtout pas peur de l’échec pas peur de recommencer de se tromper d’essayer. Tu vas te sentir nul pas comme les autres, moins bien que les autres même. Mais non, regarde autour de toi, on est tous aussi paumé les uns que les autres. Parce que après tout savoir ce que l’on veux faire à 18ans c’est impossible, et je te dis ça en connaissance de cause. Lorsque je vois comment j’ai évolué ces deux dernières années je comprends mieux pourquoi j’ai autant d’hésitation sur mon avenir. Avec le temps tu grandis, et même si pour toi du haut de tes 18ans tu es mure et réfléchis attends de prendre quelques années de plus pour réaliser à quel point tu n’étais qu’une enfant.

Mes erreurs mes doutes et mes remises en question m’ont aidé, à comprendre ce que je ne voulais pas et je sais que c’est super bateau comme formulation. Mais c’est vrai, confronter à l’échec, à la vrai vie, à la vie active, on réalise pas mal de choses de la « vie d’adulte » que jusqu’à présent on ignorait. N’ai pas peur d’arrêter ta scolarité, ou de partir sur une filière courte si tu sens que à ce moment là c’est ce qui te correspond la plus. Personne d’autres mieux que toi ne sais ce qui est bon pour toi. Et si par la suite tu veux reprendre ou continuer sur des cursus plus long aucun problème, la vie estudiantine est bien plus facile à reprendre que ce que l’on pense. Il faut juste que tu écoutes ton cœur, et surtout que tu fasses les choix qui TE font envie. Parce que même si tu te forces ou si tu es forcé à faire quelque chose qui ne te plais pas, tu verras que bien malheureusement tu échoueras.

Vis pour toi fais tes propres choix, car TU es le centre de ton monde, le centre de TA vie, prend le temps qu’il te faut pour faire des expériences et savoir ce que tu veux réellement, le temps passe vite quand notre vie est morose. Si tu décide de faire de ta vie ce qui te plait réellement, ce ne serons jamais des années perdues mais des années de maturation et de l’expérience qui te serons propre. Afin de devenir la personne que tu veux devenir.

Leyna

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s