Kit de survie à un désastre capillaire

Le kit indispensable (ou presque) pour une journée post-rupture capillaire.

Et pourtant tu en as essayé des conneries pour raviver la flamme entre vous, à coup de bain d’huile coloration, décoloration et parfois tout ça en même temps. Jusqu’au jour où tu te trouves une nouvelle lubie qui, tu en es sûre, va révolutionner ta vie capillaire : le passage au blond, au brun aux extension, ou pour ma part au très court. Et tu le sais, cette idée ne partira jamais réellement de ton esprit tant que tu n’auras pas sauté dans le grand bain. Les semaines passent, tu t’imagines un scénario où, sortant de chez le coiffeur, une nouvelle femme tu deviens, mais ça n’arrive jamais, du moins jamais comme on aimerait. Et tu finis par te dire :

Tu as toujours bavé sur les publications Instagram de changement radical de poils de tête, en rêvant qu’un jour tu auras un courage assez grand pour franchir le pas, du rose, du bleu, du court ou de la perruque. Mais en attendant tu te cantonnes à tes cheveux « bof »qui ne sont ni beaux, ni moches mais qui n’ont pas cette étincelle dont tu rêves depuis toujours.

« Merde qu’est ce qu’il m’a pris. »

(Non mais vraiment, pourquoi personne ne m’a prévenue)

Apprenons ensemble à combattre ce fléau des temps modernes, ou au moins à s’accepter avec une coupe plus qu’approximative (ce qui est déjà bien, crois moi).

Sortie de chez le coiffeur allégée de 20 cm de cheveux et d’une cinquantaine d’euros, ainsi que de ta dignité et de ta confiance en toi au passage, tu te retrouves face à toi-même essayant de te convaincre corps et âme que « ce n’est pas si laid ». Mais si meuf, c’est laid, la première phase de guérison est l’acceptation, comprends que tes cheveux ne seront plus, pour un long moment, ce qu’ils ont été et que tu te dois de tourner la page.

Mais ici, un film d’amour et un pot de glace ne te serons d’aucune utilité. Tu dois prendre le taureau par les cornes.

Rentre chez toi (si possible enrubannée d’un foulard, et dotée d’une paire de lunettes large, car comme nous le savons tous, nous ne croisons des gens que lorsque nous sommes dans les pire des situations), lave-toi les cheveux, parce que le brushing à la Céline Dion ne t’aide pas à trouver des aspects positifs à ton nouveau toi. Utilise des produits que tu as l’habitude d’utiliser. Laisse-les sécher en patience ! J’ai dis patiente ! Tester des trucs sur cheveux mouillés, ce n’est jamais une bonne idée.

Profites-en pour relativiser en regardant des tops des pires coupes de cheveux, ou en constatant l’état de la situation géopolitique mondiale. Une fois tes cheveux secs, comprends ce qui ne va pas : la mèche ? Le dégradé ? La couleur ? Certains de ces points sont facilement corrigeables, crois-moi parfois il suffit de couper d’un demi centimètre pour débroussailler la situation. Je ne te dis pas là de te l’a jouer Edward aux mains d’argent, ne fais pas ça vraiment. Parce que jusqu’à présent, tu en veux à cette pauvre coiffeuse qui n’a pas compris que « coupe garçonne mais un peu long quand même avec du volume comme ça tu vois » ce n’était définitivement pas ça.

tu t’en voudras à toi même, du coup en plus d’avoir une coupe de balais à chiotte tu seras particulièrement énervée contre toi-même.

Donc hop, remaquille toi, parce que tes vieilles traces de mascara qui coulent le long de tes joues ne te font que repenser à cette horrible désillusion.

Relativise, essaye de les coiffer différemment, essaye des accessoires (le bonnet en dernier recours), et n’oublie jamais il y a toujours pire que toi. Tu pensais que j’allais te dire que tu « étais toujours belle, même avec cette coupe que la beauté intérieure est la plus importante et que tu es une fille gentille » mais ça ça ne va pas t’aider, on ne va pas se mentir, ça c’est le travail de tes parents et/ou amis. Il faut juste que tu arrives à faire avec, et à tourner cette situation en dérision, tu auras des moqueries, des incompréhensions, sois forte, sois une battante et garde la tête haute. Qui regarde les cheveux de quelqu’un quand son look est irréprochable, ou quand son sourire est ravageur, que son humour est poignant, fais de cette coupe une force et un atout. Tourne-toi à l’autodérision et tu verras qu’on en oublierais presque ta coupe d’avant .

N’oublie jamais : plus tu auras confiance en toi,  plus tu auras confiance en toi, c’est un cercle vicieux ce truc

(du coup pas vraiment vicieux mais tu as compris le truc quoi).

Tu en as vu des pires crois-moi, et tu verras que tu finiras par te trouver un certain charme, tu auras cette étincelle, peut-être pas celle que tu voulais, certes, mais tu auras une petite étincelle, une petite différence qui fera de toi, toi.

Lève la tête, regarde droit devant toi, dis-toi qu’on est tous passé par là, et assume cette connerie, jusqu’à la prochaine.

Feel good.

By Leyna

Le Roaccutane un si gros bâtard ?

Partons sur les bases : cet article est dédié aux boutonneux. Mais les vrais boutonneux, pas les peaux parfaites là avec un bouton par-ci par-là quand on mange trop de saucisson.

Non je parle des vrais gros chtars qui te prennent la moitié du visage, dont tes amis ont peur. Des boutons à la « calculatrice » ou à la « elle a tellement de boutons qu’on peut même plus les compter! » lol.
Cet article s’adresse à tout ceux qui ont tout essayé, du Neutrogena comme dans les pubs, à t‘éclabousser la gueule d’eau, au dentifrice, au bicarbonate de soude, boire de l’eau, manger sain.

Rien n’y fait, tes boutons sont plus attachés à toi que la plupart des mecs que tu as rencontré dans ta vie. Déjà avant toute chose, dans ce genre de situation, n’hésite pas à en parler à tes parents, ta sœur, ta meilleure pote, n’importe qui et VA CHEZ LE DERMATO.

J’ai l’impression que de nos jours aller chez le dermatologue c’est limite la honte, voire tabou, comme si de ne pas naître parfait faisait de nous des rebuts de la société.

Mais non, l’acné, on en a tous eu et il y en a qui s’en sorte, comme dans tout, mieux que d’autres. Et personne ne peut comprendre la souffrance que tu ressens face à une telle impuissance contre quand même, des trucs énormes sur la totalité de ton visage.

Comment veux-tu avoir confiance en toi dans une période aussi éprouvante qu’est l’adolescence. Donc mon ami, si jamais jusqu’à présent tu as toujours hésité à cause du prix, ce qui peut se comprendre, sache que certains traitements sont en partie remboursés. Et bien fonce, parce que ce n’est pas un soin de confort mais une réelle nécessité pour certains.

Passons maintenant aux choses qui fâchent, tu as déjà franchi le pas, mais encore une fois rien n’a fonctionné comme il fallait et ton dermato te parle du fameux Roaccutane dont tout le monde te dit autant de mal. Il t’assure que ce n’est rien, que c’est juste un traitement, mais réfléchis-y à deux fois avant de commencer, car tu auras un certains nombre de contraintes à prendre en compte.

Je tiens tout d’abord par faire une petite aparté, je ne parlais pas dans cet article du côté néfaste à long terme du traitement, ni de comment il fonctionne ni même chercher à rentrer dans n’importe laquelle des polémiques mais juste à partager mon expérience.

  • Commençons par les bases : ce qui fait fuir la plupart des gens, et surtout des parents,c’est cette charte que tu dois signer avant de commencer le traitement te disant que tu ne pourras pas porter plainte contre le praticien si le traitement se passe mal, oui oui, tu as bien lu.

Mais en fait cette idée que tout le monde se fait est en partie fausse, tu dois effectivement signer une charte mais qui stipule juste que durant toute la durée du traitement, tu seras dans l’obligation de prendre au moins un moyen de contraception. Pour les filles, la prise de pilule est obligatoire et le traitement ne vous sera pas délivré sans ce dernier. Vous allez me dire, mais quoi quel est le rapport, et ouhla que crois-moi le rapport est grand, parce que lorsque tu fais un gosse sous Roaccutane, crois-moi que c’est pas beau à voir, je te laisse faire tes propres recherches à ce sujet je ne voudrais pas déstabiliser les plus sensibles.

  • Tout d’abord, la première mais pas des moindres lors des premiers mois d’utilisation, le médicament va te faire sortir toute ton acné, j’ai bien dit toute, tu auras des boutons d’acné à des endroits de ton visage où tu ne pensais même pas que c’était possible (sourcils, tempes, cheveux…)
  • Ensuite, tu auras les lèvres super sèches, mais pas sèches à la « oh je m’achète un labello » (d’ailleurs ne fait pas ça labello c’est vraiment de la merde) mais plus à la « il faut que je me tartine une demi tonne de vaseline par jour sur les lèvres pour éviter qu’elles n’entrent en décomposition ».
  • ET ENFIN, le comble du comble, la cerise sur le gâteau, tu seras incroyablement déprimée. Bon, ce dernier effet secondaire n’est pas officiellement reconnu, et si tu en parles au spécialiste il aura l’audace de te dire que c’est uniquement parce que ta face est entièrement constellée d’immonde boutons que tu es déprimée. Mais que nenni, ça va bien au delà de ça, et je ne prends pas que mon expérience personnelle en compte.
Le Roaccutane te rends triste et à fleurs de peau, c'est donc pour cela que je le déconseille aux personnes trop fragiles émotionnellement ou juste aux personnes vivant une situation actuelle plutôt défavorable ; c'est pour les dure-à-cuire quoi. 

Et j’aimerais vous en dire plus sur ce sentiment que tu ressens sous l’emprise de ce médicament, mais en fait, c’est tout simplement comme avoir ses règles pendant les 6 mois de traitements. Comme si l’univers entier se retournait encore et encore contre toi, mais tranquille c’est pas si grave, il faut juste garder en mémoire que l’unique responsable de cette chute de morale n’est pas ta vie pourrie mais bien le médicament.

Maintenant que tu es bien conscient de ce qui t’attends, dis toi bien que tu en as pour plusieurs mois de durs labeurs, que tu auras des rendez-vous chez le dermato tous les mois, et des prises de sang tous les deux mois. Alors oui en vue de tout ce que je viens de dire, tu dois paniquer légèrement mais franchement, ce fut une des meilleures décisions de ma vie.

Parce qu’au collège mon pote, les boutons ça m’a détruit ma scolarité. Je ne dis pas que désormais j’en ai plus du tout et que je suis on fleek dès le réveil. Mais je suis loin de ressembler à ce à quoi je ressemblais à l’époque, et pour ça je dois dire merci à Dr Macksimovitch (Sexy docteur au passage.).

Alors maintenant tu as toutes les clefs entre tes mains, à toi et ton médecin et tes parents de réfléchir à ce traitement, ne prends pas de décision à la hâte mais ne te questionne pas trop non plus après tout,

c’est « que des boutons ».


By Leyna